Les épopées intemporelles des forces armées soudanaises

21

The Attorney General, Chairperson of the National Commission for Investigating War Crimes and Violations committed by the Rebel Rapid Support, Submits Copy of the Interim Report of the National Commission to the President of the Human Rights Council
blnews

Les épopées intemporelles des forces armées soudanaises

Traduit par : Dr. Abdalmonem Elfadil

Par : Mohammed Ahmed Adam
L’armée soudanaise, qui fête dans quelques mois son centenaire, avait participé à plusieurs batailles extérieures, où elle n’a ménagé aucun effort pour se forger une réputation distinguée, tant en termes de courage que de discipline, il n’est donc pas surprenant qu’elle ait été classée parmi les dix armées les plus puissantes d’Afrique en 2019. Vous trouverez ci-dessous des exemples non exhaustifs de ces expériences glorieuses :
Dans son livre (Les héroïques du bataillon égypto-soudanais dans la guerre mexicaine), l’auteur Omar Toussoun raconte comment un bataillon égypto-soudanais a été envoyé et a traversé l’océan Atlantique pour participer à la guerre franco-mexicaine. L’empereur français Napoléon III a demandé à Saïd Pacha, le gouverneur de l’Égypte, de lui fournir une brigade de soldats soudanais (l’Égypte et le Soudan étaient à l’époque un seul pays dirigé par un seul dirigeant). A son tour, Saïd Pacha expédia un bataillon de 453 soldats et officiers engagés dans la guerre franco-mexicaine de 1863 à 1867.
Décrivant la bravoure et l’intelligence du bataillon soudanais, un général français écrivit dans un rapport sur une bataille célèbre de la guerre : « Les lauriers les plus suprêmes ont été déposés sur la tête des Soudanais et des Égyptiens qui portaient le fardeau de la guerre. En effet, ils avaient nonchalamment ignoré le feu intense que l’ennemi déversait dans leur direction et les ont repoussés alors qu’ils étaient neuf fois inférieurs en nombre et ont fait battre en retraite l’ennemi dans un état vaincu.

Dans le même esprit, illustrant l’héroïsme et la chevalerie de l’armée soudanaise, le journaliste saoudien Mashaal al-Sudairy a écrit dans sa chronique du journal Moyen-Orient, le 15 décembre 2022, que pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville libyenne de Tobrouk, tomba aux mains des Britanniques après avoir vaincu l’armée fasciste italienne. L’armée britannique, comme on le sait, était multiethnique ; outre les Indiens, il y avait des Soudanais et d’autres nationalités africaines (toutes alors sous domination britannique). Comme cela arrive parfois dans les situations de guerre, le commandant britannique, en signe de récompense pour ses soldats, a accordé les mains libres dans la ville de Tobrouk pendant trois jours.

À l’improviste et au milieu des soldats applaudissant, jubilatoires et triomphants, le bataillon soudanais a eu une autre opinion bien distincte : Pointant leurs fusils en position de tir, leur chef, avec une détermination inébranlable, s’adressa au commandant britannique avec des mots immortalisés plus tard dans l’histoire : « Dans cette ville (Tobrouk), il y a des femmes arabes musulmanes, permettre à n’importe lequel de vos soldats de les toucher et de les déshonorer serait possible que dans une seule situation « Sur nos cadavres ! ». Face à une telle détermination héroïque, le commandant britannique n’a eu qu’à annuler son ordre préalable. Le bataillon soudanais, poursuit le journaliste saoudien, a ainsi sauvé les femmes arabes musulmanes de Tobrouk du stigmate du viol et de l’humiliation, qui auraient des conséquences durables pour les victimes et leur progéniture. En effet, il n’y a rien de pire que l’ingratitude de l’homme envers l’homme, peut-être le plus misérable aujourd’hui, parmi les soldats soudanais qui ont survécu à cet événement, mais qui ont survécu pour voir comment Tobrouk, du Khalifa Hafter, rembourse l’ancienne faveur à l’armée soudanaise.

Paradoxalement, Khalifa Haftar, nommé chef de l’armée par le Parlement même de Tobrouk, avait transformé la ville en une plateforme d’hostilités contre le Soudan. Middle East Eye a par exemple confirmé l’implication de Haftar dans l’approvisionnement des milices de forces de soutien rapide en armes et en carburant pour combattre l’armée soudanaise, depuis le tout début du conflit. D’ailleurs, une autre page du dossier de la fierté, de l’intégrité et du professionnalisme des forces armées soudanaises raconte comment, lorsque le président irakien, Abdul-Kareem Gasim, a mobilisé ses forces au début des années 1960 et a menacé d’envahir l’État du Koweït. En réaction, la Ligue arabe a envoyé une force arabe conjointe, qui comprenait un bataillon des forces armées soudanaises. À la fin de sa mission au Koweït, le bataillon soudanais s’est aligné à l’aéroport pour prendre le vol de retour. Peut-être en signe de gratitude, l’un des princes de la famille Al-Sabah a remis à tous les membres du bataillon une énorme enveloppe remplie d’argent et de montres-bracelets de valeur. A l’issue de ladite cérémonie, le commandant du bataillon, de la plus haute voix, a fermement ordonné au bataillon de poser lesdites enveloppes au sol et de marcher droit vers l’avion. Le spectacle a laissé l’ensemble du public à l’aéroport, dans un état à la fois stupéfait et impressionnant.
Le message principal que le commandant de la force soudanaise a voulu transmettre à ses amis koweïtiens implique que les soldats soudanais n’étaient pas des mercenaires et qu’ils ne devaient pas accepter des récompenses pour leurs devoirs professionnels. Plus tard, en l’honneur de cette position historique et en reconnaissance de la bravoure et du professionnalisme des soldats soudanais, l’État du Koweït a par la suite engagé et engagé plusieurs officiers soudanais éminents pour créer le premier collège militaire koweïtien.

Comme nous l’avons vu plus haut, l’armée soudanaise a acquis une longue expérience particulière du combat et se trouve en position de combat depuis la Seconde Guerre mondiale et la période postindépendance en raison de la rébellion et des guerres civiles intermittentes, ce qui lui a nécessairement valu beaucoup de sang-froid et discipline en toutes circonstances.
Pour tout ce qui précède, la campagne de diffamation tendancieuse actuelle visant à lier une institution profondément enracinée et la résistance armée populaire à une entité politique limitée, en l’occurrence les islamistes ou les extrémistes, est une manipulation flagrante. En fait, ladite résistance représente actuellement la plus grande alliance de l’éventail politique et social soudanais de droite et de gauche, au pays et à l’étranger. Cette mosaïque s’accorde sur une formule consensuelle garantie par l’accord minimum sur la nécessité de démanteler une fois pour toutes la milice, en tant que menace existentielle pour l’avenir même de l’État soudanais.
L’armée soudanaise bénéficie d’une doctrine militaire bien établie ; Les orientations politiques, dogmatiques et intellectuelles n’ont pas leur place dans le professionnalisme et la hiérarchie militaire de l’armée soudanaise. Cette hiérarchie et ce système interne n’ont pas été affectés, même dans les pires scénarios ; par exemple, lors du siège étouffant du haut commandement de l’armée, au quartier général de Khartoum, sous de violents bombardements pendant plus de sept mois. Par conséquent, toutes les plumes timides et les voix rauques, essayant désespérément de remettre en question ce professionnalisme même, sont dans une grave illusion.
L’alignement sans précédent actuel du peuple soudanais derrière son établissement militaire vient de sa pleine conscience que sa bataille actuelle fait partie intégrante de la machination visant à démanteler les armées régulières dans la région et à l’asservissement ultérieur, comme cela a été le cas en RDC, en Somalie, l’Irak et la Libye, ainsi que l’épuisement continu des armées syrienne et yéménite.
L’ancien ministre israélien de la Sécurité Avi Diechter, lors d’une conférence sur le rôle d’Israël en Irak, a déclaré que ce qui a été réalisé en Irak est plus que ce que nous avions prévu et attendu puisque la neutralisation de l’Irak revêt une importance stratégique pour la sécurité israélienne. De plus, l’épuisement du Soudan dans les guerres internes à travers nos amis (voisins) est d’une grande importance car le Soudan a participé à la guerre contre nous avec le reste des armées arabes et neutralisé l’armée soudanaise est un ajout aux forces d’Israël dans la Corne de l’Afrique.

Les énormes sacrifices consentis aujourd’hui par le peuple soudanais pour résister au projet de la milice sont tout à fait justifiés. Conscient que la milice n’est qu’un stéréotype de la guerre de quatrième génération qui a prouvé dans la pratique que la stratégie impériale du chaos créatif est une recette garantie pour la fragmentation de l’État de citoyenneté moderne, le déchirement de son tissu national et communautaire et la destruction de son armée nationale, au profit de petits sectaires fragiles et des États ethniques vulnérables à la domination et à l’ingestion

Leave A Reply

Your email address will not be published.